Archive pour février 2012

Le gouvernement fait disparaître le ministère de l’Environnement : la planète serait-elle déjà sauvée ?

Logo ministère environnementNicolas Sarkozy a confirmé ce week-end la démission de Nathalie Kosciusko-Morizet du gouvernement. La ministre de l’Environnement et des transports va en effet devenir porte-parole de la campagne du candidat-président.

Le ministère de l’environnement disparaît quant à lui dans les services du premier ministre.

Le mépris de Nicolas Sarkozy et de l’UMP pour l’Environnement n’est pas nouveau. La disparition du ministère dédié n’est ainsi que l’aboutissement d’une logique gouvernementale qui consiste à penser que la protection de l’environnement est un frein au développement économique.

Nicolas Sarkozy garde sa logique conservatrice et n’a toujours rien compris aux enjeux économiques, sociaux et environnementaux du 21ème siècle.

En réalité, plaider pour un développement écologique pourrait être un formidable levier économique créateur d’emplois. Le développement de l’économie verte permet de répondre à la crise sociale et économique sans emmener l’Humanité à sa perte.

Encore faut-il pour cela contrarier les objectifs financiers à courts termes de quelques élites économiques… 

Finalement, en faisant disparaître le ministère de l’Environnement, Nicolas Sarkozy confirme au-delà de ses discours son attachement à la défense des pouvoirs de l’argent et de la finance qui guident son action.

Il n’est d’ailleurs pas étonnant avec cette logique conservatrice de protection des plus aisés, sans vision pour l’avenir de la planète et de sa population, que Bruno Retailleau ait rejoint la campagne de Nicolas Sarkozy sous les « Hourras » de l’UMP locale…

Brétignolles : halte aux manœuvres politiciennes !

225859_223823510965909_100000147863681_1002693_6168342_nLe projet de Port de Brétignolles sur Mer a été largement retoqué par toutes les instances possibles. La municipalité de Brétignolles ne croit même plus aujourd’hui dans la possibilité que le préfet déclare le projet d’utilité publique.

Le maire de Brétignolles continue pourtant sa fuite en avant en affirmant qu’il soumettra un nouveau projet à enquête publique. Ceci est impossible sauf à présenter un projet modifié de manière à ce qu’il n’impacte pas les dunes et ne modifie pas les courants et le transit sédimentaire – ce que dit à mots à peine couverts le communiqué de presse de la préfecture de Vendée -…  Autant dire qu’aucun projet de port ne verra jamais le jour à Brétignolles sur Mer et l’on ne peut que s’en féliciter.

En réalité, en relançant de nouvelles études en vue d’un hypothétique nouveau projet, le maire de Brétignolles tente une manœuvre politicienne de sauvetage de son bilan politique. 

En effet, après 2 mandats passés à la tête de Brétignolles sur Mer, le bilan politique de Christophe Chabot pourrait bien se résumer à l’échec de la réalisation de la pierre angulaire de son projet municipal – le port qui devait être terminé en 2011 – et 3,5 millions d’argent public dépensés pour rien. Sans parler du climat délétère qu’il a instauré sur la commune par ses insultes répétées envers les opposants, les préfets, les services de l’Etat, les commissaires enquêteurs, les élus des communes proches qui ne le soutiennent pas… Lire la suite de cette entrée »