Archive pour avril 2012

Manifestation du 1er mai à la Roche sur Yon

Entre les 2 tours de l’élection présidentielle, le rassemblement syndical du 1er mai trouve cette année un écho particulier. Alors que l’austérité, fer de lance du programme de Nicolas Sarkozy, engagerait la France vers le destin de la Grèce, ce 1er mai est l’occasion de demander plus de justice sociale avant le vote du 6 mai prochain. C’est l’occasion aussi de soutenir les syndicats de salariés critiqués de manière indigne par Nicolas Sarkozy.

Rassemblement 1er mai à 10h30

Place Napoléon, la Roche sur Yon

Voici le tract de l’inter-syndicale appelant à manifester (cliquez sur les photos) :

 Tract du 1er mai 1ère partie

Tract 1er mai 2ème partie

Rappel : Premier tour des élections présidentielles dimanche : votons !

élections

Dimanche 22 avril, après 5 ans de cadeaux faits aux plus riches et de politique de destruction des services publiques et des acquis sociaux, on vote en France pour changer de président de la République… n’oublions pas !

 

Procès Erika : la Vendée frappée par une double peine !

ErikaLa Cour de cassation devrait se prononcer le 24 mai prochain dans le cadre du procès Erika. L’avis de l’avocat général chargé du dossier vient cependant d’être publié (voir article de Libération ici).

Cet avis propose de casser totalement et sans renvoi devant une Cour de justice le jugement prononcé en première instance et confirmé en appel. Ces jugements condamnaient à la fois l’affréteur Total, l’armateur italien, la société de certification Rina et le gestionnaire du navire. Au-delà des condamnations, ces jugements reconnaissaient surtout la notion de « préjudice écologique », véritable outil juridique assurant enfin une reconnaissance en droit du patrimoine naturel.

Si cet avis devait être suivi par la Cour de cassation, cela constituerait un grave retour en arrière en matière de transport maritime et plus globalement en matière de protection de l’environnement. Cela résumerait le procès Erika à un appel à polluer en toute impunité adressé aux plus grands pollueurs de la planète.

Par ailleurs, si la Cour de cassation devait suivre cet avis de l’avocat général, les collectivités locales et la Vendée en particulier se retrouveraient frappées de double peine : celle d’avoir subi une pollution massive en 1999 et celle de voir aujourd’hui les réalisateurs de cette pollution dédouanés de toutes responsabilités… Un dénouement inadmissible !