Archive pour juillet 2012

Agression de Nicolas Ducos : Vendée Ecologie condamne l’acte et demande aux préfets d’en finir avec le projet de port qui empoisonne la vie brétignollaise !

Nicolas Ducos, président de la Vigie, association opposée au projet de port de Brétignolles sur Mer, a été victime d’une violente agression de la part d’un homme. Nicolas Ducos s’en sort avec des blessures et surtout un choc important. L’agresseur a reconnu devant témoins avoir agressé Nicolas Ducos au motif que celui-ci s’oppose au projet de port de Brétignolles sur Mer.

Vendée Ecologie condamne cet acte et apporte son entier soutien à Nicolas Ducos et sa famille.

Mais cette agression soulève quelques interrogations sur le traitement de ce dossier de port.

En effet, Vendée Ecologie a déjà alerté sur les tensions présentes sur la commune de Brétignolles sur Mer qui empoisonnent la vie des brétignollais. Ces tensions sont, depuis toujours, largement attisées par le maire de Brétignolles sur Mer et ses déclarations haineuses  et diffamatoires à l’encontre des personnes opposées à son projet de port.

La haine et l’agression verbale ou physique pour tuer toute opposition sont indignes de notre démocratie !

La démocratie est pourtant passée dans ce dossier : les conclusions de l’enquête publique rendues au mois de décembre dernier ont été plus que négatives ne laissant plus aucun espoir de voir un port se construire à Brétignolles sur Mer.

Il est temps pour la tranquillité publique que les préfets de Région et de Vendée fassent cesser le trouble à l’ordre public sur la commune brétignollaise.

Pour cela, il suffit de clarifier pour tous les conclusions de l’enquête publique : au regard de la loi et des dangers tant financiers que pour l’environnement ou les populations, il n’y aura jamais de port à Brétignolles sur Mer et ce quelles que soient les communications municipales.

Ensuite, il revient aux préfets de tirer les conclusions qui s’imposent : classer le site de la Normandelière et sa zone humide afin de les sanctuariser et ainsi tuer dans l’œuf toute nouvelle tentative de continuer à dépenser l’argent public dans des projets qui, de toutes façons, ne verront jamais le jour.

Face à l’entêtement de l’équipe municipale c’est aux préfets de prendre, enfin, leurs responsabilités dans ce dossier.