Archive pour mai 2014

Sablière de la Lande : PRB doit dialoguer concrètement avec les riverains

L’entreprise PRB a demandé une enquête publique préliminaire à l’extension de la Sablière de la Lande située sur la commune de la Boissière des Landes et à proximité de Nesmy dont elle est propriétaire. Les riverains de cette carrière, déjà impactés par l’exploitation, s’inquiètent légitimement des nuisances nouvelles que provoquera demain cet élargissement de l’exploitation. 

Après étude du dossier et visite sur place avec des responsables du collectif de riverains qui s’est constitué, l’association Vendée Ecologie dépose dans le cadre de la procédure d’enquête publique, un mémoire à M. le commissaire enquêteur. 

L’association demande ainsi :

1)      La création d’un système de Commission locale d’information et de surveillance (CLIS) qui regroupe de manière régulière (2 fois par an minimum) les responsables de la Sablière et les habitants riverains. Cette instance de concertation devra permettre aux riverains d’obtenir :

-         Des études de bruit, indépendantes du propriétaire de la Sablière et contradictoires, au niveau des habitations et menées lors de l’utilisation normale des installations de la Sablière.

-         Des études sur les effets, passés et à venir, des vibrations des séchoirs de sable sur les habitations riveraines amenant des dédommagements financiers aux propriétaires impactés. 

-         Une transparence de fonctionnement de la carrière. Notamment, il devra être plus clairement étudié l’impact du fonctionnement de la carrière sur la qualité et le niveau des eaux et leur incidence sur celle du lac du Graon. De même, les potentiels effets sanitaires sur les populations d’une importante concentration de silice dans l’air doivent pouvoir être analysés.

La concertation entre le pétitionnaire et les habitants du secteur doit être effective, donc concrétisée par une instance spéciale. Et non basée seulement sur la simple parole de l’entreprise PRB. Une fête à l’occasion des 30 ans de la Sablière ne saurait raisonnablement constituer une instance de concertation sérieuse…

Pour assurer la tranquillité des riverains, le pétitionnaire devra, si besoin, renforcer les mesures de compensation du bruit ou autre qu’il a initialement prévues.

2)      Lors d’un entretien au Journal du Pays Yonnais, le PDG de la Sablière de la Lande affirme qu’il n’exploitera pas demain une tonne de plus qu’il ne le fait aujourd’hui (420 000 Tonnes/an). Afin d’assurer cet engagement public du pétitionnaire, il convient de restreindre l’autorisation d’exploiter de 599 000 T/an à 420 000 T/an (pour plus de souplesse d’exploitation, ce tonnage pourrait être moyenné sur plusieurs années).

3)      L’étude d’impact environnemental du projet d’extension est insuffisante. Un inventaire exhaustif de la faune et de la flore doit être mené afin de vérifier la présence ou non sur le site d’espèces protégées et de prévoir, le cas échéant, les mesures compensatoires à la préservation de ces espèces et de la biodiversité locale.